150

A quoi sert d’accumuler le nombre de contacts si on ne peut pas les cultiver ?

Nous avons tous sur nos carnets d’adresse respectifs plusieurs centaines de contacts, sans compter aussi le nombre d’amis sur les réseaux sociaux …

Qu’en faisons nous ? On se dit que ça peut toujours servir mais la plupart du temps, les liens sont travaillés en fonction des opportunités, au fil de l’eau et non dans le cadre d’un processus organisé ou nous pourrions distinguer les liens forts et les liens faibles mais aussi les contacts utiles ou pas à cultiver dans le cadre de sa stratégie et de ses objectifs personnels.

Pourtant vous avez investi du temps souvent de l’argent dans la mise en oeuvre de ces liens et réussi parfois à construire une relation de confiance. Et puis par manque d’organisation, de temps vous oubliez ces personnes et perdez rapidement le bénéfice de ce que vous avez construit.

Notre propos consiste à dire que les liens forts construits dans le temps et les contacts utiles sont des éléments clefs à prendre en compte dans votre stratégie réseau mais que pour se faire, vous ne pouvez collectionner quantitativement les cartes de visite et que vous devez faire un choix et sélectionner les personnes que vous avez intérêt à cultiver.

Ce travail demande du temps et de l’investissement et  pour reprendre le nombre de Dunbar nous ne pouvons raisonnablement aller au delà de 150 contacts à travailler.

Le nombre de Dunbar est le nombre maximum d’amis avec lesquels une personne peut entretenir simultanément une relation humaine stable. Cette limite est inhérente à la taille de notre néocortex.

Elle est estimée par Robin Dunbar à 148 personnes et a une valeur admise en pratique de 150 personnes.

Au-dessus de ce nombre, la confiance mutuelle et la communication ne suffisent plus à assurer le fonctionnement du groupe.

Il faut ensuite passer à une hiérarchie plus importante, avec une structure et des règles importantes (on le voit par exemple à l’échelle d’un pays et de son gouvernement).

Une étude de CHERCHEURS de l’université de l’Indiana portant sur trois millions de comptes Twitter montre qu’un utilisateur ne parvient à entretenir des relations réciproques qu’avec 200 personnes maximum…

Alors maintenant au travail et posez vous la question des contacts que vous avez intérêt à mieux travailler !