Les trois points d’apport d’un réseau relationnel: Prospérité, stabilité, croissance qualitative

L’entreprise prospère parce qu’elle s’appuie sur un réseau relationnel qui se développe et qui s’ancre. Le réseau relationnel est constitué des clients, partenaires, fournisseurs ou relais de communication qui font confiance à l’entreprise, qui lui apportent un service et qui la font travailler. Cet actif privilégié est obligatoirement constitué des contacts que l’entreprise entend cultiver dans le temps.

Ce réseau relationnel contribue à la stabilité de l’entreprise. Ainsi, plus le réseau relationnel clients est géré correctement plus l’entreprise s’appuiera sur un socle durable et prometteur.

Ce réseau relationnel est potentiellement source de croissance qualitative. Un bon actif relationnel doit permettre de développer la recommandation mais aussi faciliter l’exploitation de nouvelles « veines » de business. Plus la relation avec ses partenaires est établie, plus vous avez la facilité de rentrer ensemble dans des processus de co-innovation ou de partenariat porteurs de nouvelles opportunités.

Pourtant, cet actif immatériel important qui contribue à établir, pour une grande part, la valeur d’une entreprise est trop souvent sous utilisé ou même négligé et ce pour au moins trois raisons :

1/ Le relationnel ça ne se cultive pas….. Combien de fois ai je entendu cette affirmation ! Chacun pense que le relationnel consiste à établir des relations au fil de l’eau sans autre méthode que le plaisir d’échanger sur l’instant. Nous avons ainsi tendance à nous satisfaire, pour ce facteur clef de business, d’actions plus ou moins empiriques sans véritable organisation.

2/ Le relationnel ça ne se mesure pas….. pourtant tout le monde est capable de hiérarchiser et identifier le niveau relationnel qui le lie à telle ou telle personne ! Cette valeur intangible est au cœur de la valeur des entreprises.

3/ Le relationnel cela ne s’apprend pas…. Pourtant vous constatez tous les jours que les personnes les plus douées pour le relationnel sont celles qui ont plutôt tendance à réussir ! Pourquoi pensez vous que ces compétences ne peuvent s’acquérir alors que chaque jour de plus en plus de managers se forment à la communication positive et à l’écoute ?

Délestés de ces préjugés et forts de constats qui consistent à dire que 80 % de la valeur des entreprises dépend de leur actif immatériel ( savoir faire, relationnel, processus, brevets etc..) qu’un réseau de qualité peut engendrer jusqu’à 40 % de CA supplémentaire, nous pensons que l’exploitation du capital relationnel est, dans nos sociétés hyper-concurrentielles , une source de valeur ajoutée et de différenciation à travailler d’urgence.

Cet approfondissement doit ainsi faciliter la mise en œuvre de véritables logiques commerciales horizontales basées sur le partenariat et sur la co-construction de solutions innovantes avec ses clients ou partenaires…